1er Giant Trail Zona Zero : la Batalla del Inframundo

Quand tout un village se plie en quatre pour organiser une course de VTT.

Ainsa et sa région sont connues pour la qualité des singles et pour l’hospitalité qui y règne. La Zona Zero, c’est avant tout un groupe de passionnés de vélo et de patrimoine qui ont entrepris il y a quelques années de remettre en état le réseau de sentiers qui relient les villages abandonnés autour d’Ainsa. Ce faisant, la Zona Zero offre plus de 250 km de sentiers balisés et entretenus typés enduro. Tous ces aménagements sont réalisés grâce au soutien des commerçants partenaires et au bénévolat des passionnés.

Afin de clôturer l’été comme il se doit, la Zona Zero nous avait concocté une épreuve dans l’esprit même du lieu : La Batalla del Inframundo, la bataille de l’enfer. Un savant mélange de fête médiévale en costume et de course de VTT enduro tout ce qu’il y a de plus moderne.

On avait le choix entre deux parcours : 40 et 60 km sur un format de course très intéressant. Les parcours sont divisés en 3 étapes chronométrées, ce qui permet de prendre tout son temps aux ravitos. En effet il aurait été dommage de ne pas en profiter, les bénévoles nous attendaient avec le sourire en habits médiévaux afin de nous remplir la panse de grillades et de bière : oui vous avez bien lu, il y avait une tireuse de Tronzadora (la bière de la Zona Zero) au premier ravito.

A souligner également, trois catégories : Hommes, Femmes et Couples, qui se déclinaient également en E-Bike.

Le rendez-vous était fixé le vendredi en fin d’après-midi afin de finaliser les inscriptions et de recevoir les plaques, après quoi nous fûmes tous conviés au briefing-tapas, ce qui nous a permis de jauger les autres combattants. La soirée ne s’éternise pas trop, tout le monde voulant garder des forces pour le lendemain.

Le lendemain, nous retrouvons tout le monde sur la Plaza Mayor de Boltaña pour le petit déjeuner,. Nos épées (!) nous sont distribuées juste avant le départ de 11h pour le parcours de 40km, et nous sommes escortés par deux chevaliers en armes dans les ruelles étroites de la vielle ville au son de la musique médiévale.

Les choses sérieuses commencent quelques kilomètres après avoir quittés Boltaña au passage de la première cellule de chronométrage. Ce qui était jusque là une promenade se transforme d’un coup en une veritable bataille, les premiers arrivent à grimper sur leur montures alors qu’une bonne moitié du peloton se retrouve à pousser les vélos. La première descente remet les pendules à l’heure pour les moins à l’aise en descente : cela nous permet de remonter de quelques places.

S’en suit une montée éreintante sur piste 4X4 jusqu’a Morcat, le premier ravito. Après quelques oeufs frits et saucisses (et en ayant fait l’impasse sur la bière) on passe par la photo obligatoire avec le gardien de la porte des Enfers, puis on s’attaque à la longue descente rapide et technique jusqu’au Rio Ara. J’en profite pour déchirer un pneu et le temps de réparer je suis rattrapé par les Chevaliers noirs (les fermeurs).

Heureusement la montée suivante est plus tranquille : on suit le Rio Ara pendant un moment puis on attaque la montée par la route en pente douce jusqu’a Santa Maria de Buil. Je grapille à nouveau quelques places puis rejoins Amandine, ma coéquipière, un peu avant Buil. Le deuxième ravito est sur le même principe que le premier, sur une place de Santa Maria de Buil, nous avons une vue magnifique sur la Région d’Ainsa et sur les autres combattants qui arrivent ou repartent. Un selfie avec la Princesse de Buil et il est deja temps de repartir à l’assaut de la troisième étape.

Une première descente grandiose nous emmène au pied du Partara, qu’il nous faudra gravir dans un premier temps par la piste puis par un single technique qui met à pied les plus endurants des combattants. Petite pause au sommet, toujours une vue sublime, puis on se lance dans une descente droit dans la pente, un slalom entre les arbres dans du très raide, le pied, un final digne d’une bataille épique. On passe la ligne d’arrivée heureux et fatigués mais il nous reste encore encore quelques kilomètres pour rallier le Chateau d’Ainsa, la fin du parcours.

Au final, nous bouclons le parcours chronométré en 5h01, ce qui nous place en 54° position sur 76 partants et 64 finishers. Nous sommes 5° en catégorie Couple.

Après que les vainqueurs des différentes categories aient été sacrés par l’épée du Roi de la Zona Zero, nous nous sommes tous retrouvés autour d’une table géante digne des plus beaux banquets médiévaux, et le son de la musique résonna dans les remparts jusque tard dans la nuit.

Ce week-end de Course et de Fiesta était tout simplement magique, merci aux bénévoles,  vivement l’année prochaine, Viva la Zona Zero, Viva la Batalla del Inframundo.