La Pyr’Epic by Patrick Legendre, monsieur « Trophée des Pyrénées »…

Ta pratique du  VTT ?

Montagne et enduro en compétition. Accompagnement professionnel en VTT AE.

Ton vtt pour ce test ?

Un VTTAE MOUSTACHE SAMEDI 27/9 passée en 27.5 avec une Rockshox Pike en 150mm. 135 de débattement AR.

Frein RO avec de grosses roues (du costaud ! en raison de ma pratique un peu engagée, et du poids du vélo).

La Pyr’Epic c’est…

Un raid VTT All Mountain où la part belle est donnée aux sentiers descendants !

Parcours intense physiquement sur 70% (d’après moi) de single qui demande quand même un petit bagage technique !

Du beau, du vrai VTT en montagne et ce dans un cadre somptueux !

Ta Pyr’Epic en VTT AE…

Son fonctionnement est simple : le moteur restitue la force que vous donnez sur les pédales en fonction du mode d’assistance choisi qui va de 50% à 250%. On est donc bien encore sur un vélo !!!

Je suis parti avec une batterie de rechange dans le sac (un peu lourd du coup, mais bien calée, elle ne m’a pas gêné).

Le vélo par lui même, avec ses 21 Kg a un côté un peu « pataud » qu’il faut parfois brusquer. Par contre, ce poids est un atout pour la stabilité et la motricité ! Cela m’a ainsi permis, grâce à l’assistance électrique, de faire les 95 % du parcours SUR le vélo…

Pyr'Epic-patrick-vttae-2

En Montée…

Les possibilités de franchissements sont  donc hallucinantes ! Certains passages deviennent pourtant des  défis techniques et physiques, car pour monter de très forts pourcentages on est toujours sur un vélo et  ça reste un combat pour rester sur les pédales …

Là où les autres poussent, je pédale ! Les montées roulantes sont passées facilement, en cherchant même parfois, des petits sauts … à la montée !

Seul le dernier tiers de la deuxième grosse montée du dimanche à eu raison de moi ! Trop trialisant !

En descente…

Comme dis plus haut le vélo est lourd, mais ce n’est pas un handicap. Si j’ai maintenant quelques kilomètres sur la bête, et de l’expérience en enduro, le Moustache monté de la sorte m’a procuré beaucoup de plaisir au pilotage !

On retrouve le côté pataud  en l’air mais c’est tellement efficace par terre ! (freinage, appuis, relance …).

Ce test en VTTAE était l’occasion de voir les limites du vélo dans les franchissements, mais d’en tester également l’autonomie. C’est le point noir sur ces engins quand on se lance dans des parcours de ce type.

Finalement, avec 2 batteries, je finis les deux journées avec un peu de marge. Par contre, je n’ai pas cherché la performance, restant avec les autres, pour justement économiser mes ressources. Le mode « TURBO » n’ayant  été utilisé  que dans des très forts pourcentages ! On peut bien sûr rouler beaucoup plus vite si l’on a le physique (car pour avancer très vite, il faut pédaler très fort, mais ça ! vous le savez …) ou alors utiliser un chariot de batterie…

C’est un peu l’autre défi de ce raid : savoir gérer son autonomie, pour finir avec de la batterie.

Je me suis donc amusé pendant 2 jours et me suis très peu retrouvé en souffrance malgré ma petite forme du moment. J’admets que l’assistance électrique m’a grandement facilité la tache !

En résumé : Un grand week-end de plaisir !!!!

Des conseils pour le 3 et 4 septembre 2016 ?

Si vous n’avez pas l’habitude du VTTAE,  on cherche trop souvent la performance… Ces vélos sont bridés à 25 Kms/h (normalement …) donc au dessus de cette vitesse, ce n’est pas du tout agréable. Restez donc en dessous !

Pour ce faire, ne tirez pas trop gros,  moulinez … Vous économiserez ainsi de la batterie ce qui n’est pas négligeable sur un tel raid !

Pour monter du roulant le mode « TOUR » suffit largement.  Réservez donc le mode « TURBO » pour de forts pourcentages et il y en a pas mal sur cette Pyr’Epic.

Ces vélos sont lourds. Faites donc attention aux pincements … Montez des trains de pneus costauds.